Christine IMBERT – MDE

Professeur

Doctorat de l’Université de Montpellier I, 1994 : Adhérence aux cellules épithéliales buccales humaines de souches de Candida albicans isolées chez des patients VIH+

HDR, Université de Poitiers, 2003

Responsabilités en lien avec la recherche

  • EBI : Membre du conseil de laboratoire
  • UFR Médecine Pharmacie : Membre de la Commission Administrative et du Conseil Scientifique
  • Université de Poitiers (UP) : Membre du CAC et la Commission de la recherche
  • COMUE Léonard de Vinci : Membre du CAC de la COMUE
  • Groupe de travail européen : secrétaire de l’European Society of Clinical and Medical Infectious Disease Study Group on Biofilms (ESGB) depuis 2008
  • Membre du comité scientifique international, chargée de l’organisation scientifique des sessions « fongiques » des congrès Eurobiofilm : Rome 2009, Copenhague 2011, Ghent 2013, Brno 2015
  • Co-Président du congrès européen  “Biofilms in nosocomial fungal infections” (Paris, 2011)
  • Editeur du livre: Fungal Biofilms and related infections paru en 2016 qui comporte 10 chapitres écrits par des experts internationaux et fait partie de la série : Advances in Microbiology, Infectious Diseases and Public Health (Springer)

Thèmes de Recherche

Mes activités de recherche portent sur les stratégies d’élimination des biofilms et sur la prévention de leur développement. Deux contextes m’intéressent tout particulièrement :

  • l’étude du risque infectieux lié à l’eau au cours des soins dentaires qui peut être lié au développement d’un biofilm complexe dans les lignes d’eau des unités de soins dentaires (USD). Des microorganismes d’origines buccale et environnementale peuvent en effet se développer et interagir au niveau du biofilm formé dans l’USD, être libérés lorsque les pièces rotatives fonctionnent et, par conséquent, être présents dans les aérosols et l’eau distribuée lors des soins ; ces microorganismes peuvent représenter un risque infectieux pour les individus (patients et personnel du cabinet dentaire) dont le terrain est fragilisé. Au cours des dernières années, en collaboration avec des chirurgiens dentistes de la Vienne, nous avons étudié et caractérisé la population microbienne présente dans des échantillons d’eau provenant des USD afin d’évaluer au mieux le risque infectieux associé. Nous avons également, grâce à des modèles de laboratoire, étudié l’évolution dans l’eau de microorganismes d’origine buccale (en particulier Candida), et l’influence des amibes libres (Vermamoeba) sur la survie de Candida spp. Enfin, nous avons étudié l’activité anti-biofilm de désinfectants couramment utilisés par les chirurgiens dentistes pour l’entretien de leur USD.
  • la recherche de traitements prophylactiques et curatifs actifs contre les infections humaines dues aux levures du genre Candida et associées au développement d’un biofilm. Ce risque est en particulier présent chez les patients porteurs de dispositifs médicaux (cathéter vasculaire, prothèses dentaires, etc. Plusieurs modèles mimant le développement d’un biofilm de Candida chez l’Homme ont été mis au point au laboratoire et permettent d’évaluer in vitro l’intérêt de molécules à potentiel anti-biofilm. Différentes approches thérapeutiques sont ainsi testées, telle que le prétraitement de surface, l’approche verrou ou l’approche systémique. Ces travaux intéressent à la fois des molécules issues de substances naturelles (huiles essentielles, dérivés terpéniques, lichens et fruits rouges), des molécules de synthèse et des antifongiques conventionnels, déjà utilisés pour le traitement des mycoses invasives. Enfin, un nouveau modèle de biofilm mixte Candida – bactérie est actuellement à l’étude est sa caractérisation pourrait contribuer à une meilleure compréhension de la physiopathologie des infections liées à un biofilm.

Mots-clés

Biofilm ; Candida ; traitement ; soins dentaires ; substances naturelles

Publications représentatives

  1. Toulet D, Debarre C, Imbert C. Could liposomal amphotericin B (L-AmB) lock-solutions be useful to inhibit Candida spp. biofilms on silicone biomaterials? J Antimicrob Chemother 2012, 67(2) : 430-432
  2. Girardot M, Guerineau A, Boudesocque L, Costa D, Bazinet L, Enguehard-Gueiffier C, Imbert C. Promising results of cranberry in the prevention of oral Candida biofilms. Pathog Dis 2014. 70(3):432-9
  3. Høiby N, Bjarnsholt T, Mose C, Bassi GL, Coenye T, Donelli G, Hall-Stoodley L, Holá V, Imbert C, Kirketerp-Møller K, Lebeaux D, Oliver A, Ullmann AJ, Williams C for the ESCMID Study Group for Biofilms (ESGB) and consulting external expert Werner Zimmer. ESCMID guideline for the diagnosis and treatment of biofilm infections 2014. Clin Microbiol Infect 2015, 21:S1-S25
  4. Costa D, Mercier A, Gravouil K, Lesobre J, Delafont V, Bousseau A, Verdon J, Imbert C. Pyrosequencing analysis of bacterial diversity in dental unit waterlines. Water Research 2015, 81:223-31
  5. Costa D, Girardot M, Bertaux J, Verdon J, Imbert C. Efficacy of dental unit waterlines disinfectants on a polymicrobial biofilm. Water Research 2016, 91:38-44

Coordonnées

Tel : +33 (0)5 49 45 43 55

Email : christine.imbert@univ-poitiers.fr

Recherche

Menu principal

Haut de page