Sylvine DURAND

Doctorant

Master Ecologie Comportementale, Evolution et Biodiversité, Université de Tours, 2014 (mention TB)

Thèse

Mécanismes évolutifs à la base du maintien de la diversité et conséquences adaptatives

Directrices de thèse : Christine Braquart-Varnier et Sophie Beltran-Bech

Mots-clés : hétérozygotie, système d’appariement, immunité, “fitness”

Résumé

La diversité génétique est un facteur clé en biologie évolutive. La survie des populations est notamment dépendante de leur niveau de diversité génétique. En effet, un “pool” allélique important leur confère un meilleur potentiel adaptatif face aux modifications environnementales et donc un moindre risque d’extinction. A l’échelle individuelle, elle se traduit par la présence d’allèles différents pour un même locus. Les individus hétérozygotes peuvent ainsi posséder une meilleure “fitness” (i.e. capacité à transmettre leur génome), en ayant notamment de meilleures performances en termes de survie, de capacités compétitives et reproductrices, ainsi que de lutte contre les infections via un système immunitaire plus efficace. Il semble ainsi avantageux d’optimiser l’hétérozygotie de sa descendance. De tels mécanismes pourraient être présents chez les isopodes terrestres, hôtes de la bactérie endosymbiotique Wolbachia qui chez eux (i) parasite la reproduction en entraînant la féminisation ou l’incompatibilité cytoplasmique, et (ii) modifie la capacité des hôtes à répondre à des pathogènes, en ayant notamment une influence sur certains paramètres immunitaires. Ainsi, la présence de cette bactérie pourrait augmenter l’avantage évolutif des hétérozygotes et avoir une influence sur la diversité génétique des populations d’isopodes terrestres.

Outre un aspect descriptif de la diversité dans les populations naturelles, mes travaux de recherche s’articulent autour de deux axes principaux : (i) les mécanismes de maintien de la diversité génétique dans les populations, à travers des études sur le choix de partenaire en relation avec l’hétérozygotie et la similarité génétique des individus, ainsi que leur système d’appariement ; et (ii) les conséquences de la diversité sur la “fitness” en étudiant la relation entre hétérozygotie et différents traits d’histoire de vie (taille des portées, tailles des individus, croissance, paramètres immunitaires…).

Communication Orale

Durand S. & Beltran-Bech S., 2014. Male heterozygosity or dissimilarity does not influence the choice of paternity of offspring in Armadillidium vulgare females. International Symposium on Terrestrial Isopod Biology, Poitiers (France).

Poster

Durand S., Beauché F., Richard F-J. & Beltran-Bech S., 2015. How do female genetic characteristics influence male mate preference in the terrestrial isopod Armadillidium vulgare? Ecology and Behaviour 11th meeting, Toulouse (France).

Coordonnées

Tél : +33 (0)5 49 36 62 46

Fax : +33 (0)5 49 45 40 15

Email : sylvine.durand@univ-poitiers.fr

Recherche

Menu principal

Haut de page