• Doctorant - PhD Student

Ecole Doctorale:

Théodore Monod

Sujet de thèse:

Les plantes invasives et leurs champignons endophytes, vers une valorisation contre les biofilms ?

Financement du contrat doctoral:

Cofinancement du projet par la région Nouvelle-Aquitaine et l’Université de Poitiers

Responsables de thèse:

Christine Imbert et Marion Girardot

Résumé:

Certains végétaux introduits par l’homme en dehors de leur aire de répartition naturelle constituent des réservoirs de nouveaux composés actifs. En effet, ces plantes invasives  doivent leur richesse métabolique à leurs grandes capacités d’acclamation et de compétition. De plus, des micro-organismes associés à ces végétaux, comme les champignons endophytes, viennent enrichir cette biosynthèse en molécules actives, notamment par la production de molécules antimicrobiennes.

L’étude des extraits de plantes invasives et de leurs champignons endophytes peut être appliquée à une problématique rencontrée en santé humaine, et qui concerne les infections liées aux biofilms. Le mode de vie biofilm a pour conséquence d’augmenter la résistance des micro-organismes qui l’adoptent vis à vis des traitements anti-infectieux conventionnels et des défenses immunitaires.  La levure Candida albicans et la bactérie Staphylococcus aureus sont responsables d’infections chez l’homme et forment ensemble des biofilms polymicrobiens .

C’est dans l’optique de valorisation des déchets verts engendrés en grande quantité par les plantes invasives que cette thèse se concentre sur la valorisation des extraits de plantes envahissantes de la région Nouvelle-Aquitaine (Ludwigia peploïdes, Ludwigia grandiflora, Myriophyllum aquaticum, Lagarosiphon major et Egeria densa) et de leurs champignons endophytes, dans l’objectif à terme d’identifier et d’isoler des composés actifs contre les biofilms polymicrobiens formés par C. albicans et S. aureus.

Some species of plants which have been introduced outside of their natural distribution areas, called invasive plants, represent an important reservoirs of active compounds. Moreover, endophytic fungi of these plants can be involved in the production of antimicrobial molecules.

Extracts prepared from invasive-plants and/or their endophytic fungi can be studied in the context of human health, especially biofilm related-infections. Microorganisms which adopt a biofilm lifestyle become poorly susceptible to both conventional antimicrobial drugs and immune defences.  Candida albicans yeasts and Staphylococcus aureus bacteria are responsible for many human infections and can form inter-kingdom biofilms together.

My PhD work focuses on the valorization of natural resources from the Nouvelle-Aquitaine region consisting of invasive plant species (Ludwigia peploides, Ludwigia grandiflora, Myriophyllum aquaticum, Lagarosiphon major and Egeria densa) and their endophytic fungi, with the main objective of identifying and isolating compounds active against inter-kingdom biofilms formed by C. albicans and S. aureus.

 

Mots-clés (5)

Biofilm, métabolites, plantes invasives, champignons endophytes

Keywords:

Biofilm, metabolites, invasive plants, endophytic fungi